Semaine 4

Publié le par Anthony Calla

 

Hummm.

Pas mal vu URB. Pas mal vu.

Maintenant, pour ce qui est de la symbolique des couilles, elle me semble importante (pour moi bien sûr).

Elle fait partie de ce coté poilu et crade qui malgré tout continue a être mis a l'écart dans nos sociétés ou tout ce qui est véritablement organique, purement viande, bidoche, tripaille, graisse, viscère et autre est irrémédiablement suspect.

Par rapport au coeur et aux tripes, les couilles sont poilus et a l'extérieur du corps et elles rattachent a l'animalité plus qu'a la masculinité. Elles sont donc comme Kevin Spacey dans "Usuals Suspects", finalement plus dangereuse qu'on pourrait le croire. Mais avec plus de poils.

Bon, blague a part, le terme couilles symbolise un certain concept, longtemps associé a la masculinité, avec ses bons et ses mauvais cotés. Maintenant, ce n'est pas par ce que on nait mâle que l'on est forcément livré avec des couilles. Et ce n'est pas non plus parce que l'on a deux chromosomes Y qu'on ne peut pas avoir une paire de couilles...



Bon ! Et a part la couille alors ?



Déja, toujours pas de news de Run.

Il m'a dit que le dossier était entre ses mains et qu'il devait se pencher dessus. Ceci explique entre autre pourquoi les projets avancent généralement si lentement.

Et encore on a de la chance ! Il s'agit d'un directeur de collection consciencieux, amoureux de son travail (jeter un oeil au magazine HEY! Si ce n'es déja fait) et vraiment réactif. Imaginez avec les autres !

Bon, voilà ou ça en ai, on attends.



Et pour ça, quoi de mieux que de parler chiffre ?



Alors, combien ça gagne un auteur de BD ? Hein ? Ca peut-être intéressant d'avoir une idée... Et puis on sait que les revenus en France ne sont pas un sujet tabou. Alors parlons en.



Enfin, a mon niveau hein !



Chaque planche de World of Nolife nous était payé 220 € (si ma mémoire est bonne mais j'en suis presque certain)

Partagé en deux cela fait donc du 5 000 € grosso-modo chacun pour un album. Plutôt pas mal non ? Et bien c'est aussi ce que je me suis dit en signant mon contrat. Deux albums, ca fait donc monter l'addition a 10 000 € ! Elle est pas belle la vie ? 10 000 € pour faire de la BD !

Bon. Et puis après, j'ai fait les compte, j'ai discuté avec les autres etc etc. Et finalement, le tableau n'est pas si idyllique que ça.



World of Nolife 1 est sorti en juin 2009. Le second en mars 2011. Entre les deux, cela fait 21 mois. Les planches nous étaient payés tous les paquets de 5-6 planches. Lorsque le 1er est sorti, nous avions déjà était payés depuis quelques mois. Et lorsque le second est sorti, nous avions déjà était payés aussi depuis quelques temps. Donc, en moyenne, ca fait 21 mois pour simplifier.



Alors ramener a un salaire au mois, déjà, ca ne fait plus que du 50 € par mois.

Ouais.

50 €... Pas top.



On pourra me dire que le raisonnement est spécieux et qu'il ne faut pas voir les choses comme ça.

Ok...

Et puis je n'ai pas compté les poucentages sur les ventes. Parce que ca fait pas mal de thunes ça, des pourcentages sur les vente.



Alors, pour un auteur de base, c'est, de mémoire, 8% jusqu'à 12 000 exemplaires vendus, 10% jusqu'à 35 000 exemplaires et enfin 12% au-delà.

Whaou !!!!

A nous le champagne & la coke !



Alors, ça fait combien tout ça ?

Gnnnni, je calcule je calcule :

pour simplifier on va dire que HT, un album rapporte 8 € (pour les albums a 9,90 €). Quand on en vend mille, on gagne donc 8000 €. Et quand on en vend 12 000, ca fait donc 96 000 pétro-dollars.

Et 8% de 96 000 ca nous donne la somme mirifique de...

7680 € !



Ah ouais....



Mince.



De près de 100 000 € on arrive a 7 700 €

Arf...

Mais bon, ça c'est pour les auteurs.

Ouais, j'ai dit LES.

Donc on divise encore cette somme en deux.

Putain. J'ai pas intérêt a avoir des gamins qui ont trop les crocs moi. Parce que avec 3840 €, c'est quand même pas Bocuse qu'on va se taper tous les midis.



Parce que c'est pas fini. Le deal, c'est que les planches sont considérés comme un a-valoir.

A, l'a-valoir. Quel joli mot.



Pour faire simple, l'idée c'est que dans sa magnanimité, votre éditeur, ayant conscience que vous n'êtes pas assez pur pour vous être débarrassé de vos vilaines habitudes comme manger deux fois par jour ou boire un verre avec des potes, consent a miser sur votre bonne fortune.

Les 10 000 $ dont je parlais plus haut, sont une avance (donc une somme a valoir). Si vous êtes parvenus a vendre vos 12 000 exemplaires, point de chèque de 3840 $ pour vous. Et ouais, bonne de profiteurs, va déjà falloir rembourser les 5 000 par tête de pipe que votre éditeur a eu la gentillesse de vous avancer. Faudrait voir a pas abuser bande de rapias d'artistes !



Allez, on va faire un exemple type. On part du principe que vous etes un dessinateur-scénariste (comme il y a des plombiers-zingueurs, des boulangers-pâtissiers et des cascadeurs-chirurgien) et que vous venez de signer chez un grand éditeur. Allez, on refait rapidos les calculs.



Alors vous avez donc été payés pour faire vos planches (on va compter pour être juste environ 10 mois pour réaliser 46 planches, entre Trondheim et Michel-ange quoi...) Encore que 10 mois pour faire 46 planches c'est franchement ric-rac. Mais bon, tu nous fait l'encrage sans crayonné et tu te trompe pas une fois et c'est jouable. Bref.



Ca fait un salaire mensuel de 1000 € net. Ce qui est pas mal. Pas top pour un emploi spécialisé mais bon, avec la crise et tout ça...

Disons que là, on peut s'en sortir. Bien sûr, faut pas prendre de vacances hein !

1000 € par mois, c'est en bossant tous les mois.

Ou alors en bâclant les planches (ouais, certain le font). Tu réussis a te récupérer 15 jours de vacances a croquer des fromages premier prix de Lidl en te reposant au fond de ta cave.



Allez, j'arrête là pour aujourd'hui. La semaine prochaine on continue la dessus et on va moins parler pognon brut que conditions de travail. Et là, vous allez comprendre pourquoi si vous voulez un métier d'avenir, je vous conseille d'utiliser votre poignet pour devenir branleur de marsouins plutôt que dessinateur de BD.



Mais on a quand même de la chance de pouvoir vivre de notre passion....

Commenter cet article