(S)OS

Publié le par Anthony Calla

                Pour la troisième fois en trois ans, j'ai virer Windows de mes PC's pour installer Ubuntu a la place.

Force est de reconnaitre les énormes efforts fait par la société Canonical pour faciliter la prise en main de leur OS pour les habitués de Microsoft comme moi.

 

                 Pour ceux qui l'ignorent, Ubuntu est un OS (Operating System comme peut l'être XP ou Vista) basé sur Linux (pour simplifier) et qui concurrence donc directement les deux grands poids lourds que sont Macintosh et Microsoft.

 

                 La plus grosse difficulté vient d'une perte de ses anciens repéres et de ses reflexes. Les actions les plus simples (installer un logiciel par exemple) ne se faisant pas de la même manière, les reflexes n'ont plus cours et ont est "obligés" de réfléchir a ses actes.

                 Exemple tout bête, pour installer un programme sur Ubuntu, on ne va pas chercher un .exe sur Internet comme avec Windows mais on passe par un programme d'installation qui recense les programmes existants. Et pas de .exe trainant sur le bureau, tout passe par ce programme de logithèque et reste invisible, permettant une installation bien proprette et sans risque.

 

                 Vous l'aurez compris, même si tout n'est pas parfait au pays des pingouins, je crois vraiment que cette fois j'ai trouvé mon bonheur et que je ne reviendrai plus en arrière.

 

                 Mais ce billet n'est pas là pour raconter ma vie.

 

                 En essayant d'oublier mes anciens réflexes, je me suis rendu compte a quel point nous étions formatés pour un certain type de comportement. Rien de vraiment panurgique, mais juste un réflexe acquis pour permettre d'automatiser certaines taches et de se concentrer sur des problèmes plus importants.

 

                 C'est toujours intéressant a mettre en corrélation avec l'émergence des OS pour téléphones portables. Windows Mobile d'un coté, Symbian de l'autre, Apple encore ailleurs.

Toutes ces sociétés sont en train de créer un véritable OS pour nos téléphones de demain (et d'aujourd'hui)

 

                 Alors je ne peux empêcher de penser a la manière qu'ont ces sociétés pour influer sur nos actes. Bien sur elles doivent d'abord connaitre nos réflexes. Et pour la plupart d'entre nous, informatique rime avec Windows. Mais l'Iphone a montrer que pour les téléphones, ont pouvait apprendre d'autres manières de "penser".

 

                 Mais une société doit vendre ses produits. Et pour vendre, ils doivent convenir au plus grand nombre. Alors finalement qu'est ce qui sera sacrifié, la qualité ou la simplicité d'accès ?

 

                 Au milieu du siècle, les distributeurs ont du privilégier certaines variétés de tomates parmi les centaines qui existaient. Ils ont donc choisi celles qui murissaient le plus vite. Puis celles qui étaient les plus fermes (pour eviter que celles du dessous de la piles, écrasées, ne deviennent invendables). Puis ils ont priviliégiés les plus réguliéres en formes, de manières a ce qu'elles s'empilent bien mieux. A aucun moment le gout ne fût un critère. En même temps, c'était des tomates pour vendre, pas des tomates pour manger.

 

                 L'inventeur de la machine a écrire était bien emmerdé. Au bout de quelques jours d'utilisation ou les personnes s'étaient habitués a utiliser sa machine, la vitesse de frappe devenait trop rapide et les tiges avaient tendance a ne pas retomber suffisamment vite, bloquant le bouzin et irritant tout le monde. Il failli mettre son invention a la poubelle mais il eu une idée lumineuse. Mettre les touches les plus utilisés sous les doigts les moins commodes. De cette manière, la vitesse de frappe ne dépassait pas un certain rythme et tout fonctionnait bien. (Pourquoi sinon le A serait sou sle petit doigt ? Et le E, encore plus utilisé sous le doigt le plus galère ?)

Sauf que maintenant, avec l'informatique, cette pratique ne rime plus  a rien. Mais nous avons gardé cette agencement par habitude.

 

                 Faisant privilégier la simplicité et le design sur l'efficacité et l'inventivité, je me demande parfois a coté de quelle idée nous passons parce qu'elle nous demande de changer nos réflexes ?

 

                 C'est en ce moment que ce décide de l'avenir des terminaux de téléphones portables qui seront demain aussi important dans la vie de tous les jours que un ordinateur ne l'es pour nous aujourd'hui. Mais c'est souvent chaque jour que nos habitudes nous empêchent d'évoluer.

 

                 Bref, rester open dans ses habitudes et sa manière de penser reste un exercice aussi difficile que nécessaire. Et l'informatique n'est qu'un exemple concret parmi tout le reste.

 

----------------------------------------

 

Bon, tout ça pour vous dire que je suis en dédicace ce samedi au festival de BD d'Ecully.

 

Ca promet d'être sympa alors venez me faire un petit coucou, on pourra discuter.

 

 

Coté musique, le Bootleg est un style consistant a mixer deux morceaux entre eux. Le plus souvent une partie vocale sur une partie musicale d'un autre titre.

Plutôt qu'un long discours, un parfait exemple ci dessous avec Could You Be Integalactic, mélange a la fois de la musique de Bob Marley et des lyrics des Beasties Boys

Enjoyez tout ca...

 

(par contre, pas d'intégration video pour ce clip, faudra cliquer sur le lien direct)

 

 

Publié dans Totalement blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article